Parachutisme:règles du jeu

Préalablement à la réalisation d'un premier saut en parachute, une formation doit être dispensée par un moniteur qualifié. Le suivi des progressions est placé sous le contrôle de l'encadrement de l'école.

La présence d'un moniteur en vol dans l'avion est obligatoire avec les élèves jusqu'au niveau IV définis pour les aptitudes en chute du Brevet A de la progression traditionnelle et jusqu'à la fin de la progression PAC.

Le premier saut lors de la progression accompagnée en chute libre est obligatoirement encadré par deux moniteurs diplômés d'Etat, titulaires de la qualification complémentaire PAC.

Le programme de formation de la progression traditionnelle et de la PAC fait l'objet de documents particuliers qui en précisent le détail.

Un moniteur tandem ne peut en aucun cas avoir une fonction d'encadrement vis à vis des autres parachutistes à bord de l'avion.

Limites des vents

  • Pour les élèves débutants : 7 m/s maximum
  • Dans tous les autres cas : 11 m/s maximum

Hauteur minimale d’ouverture (jet d’extracteur)

  • 850 mètres
  • Tandem : 1500 mètres
  • Surf : 1600 mètres

Hauteur minimale de saut

  • Ouverture automatique : 1000 m
  • Tandem : 3000 m
  • PAC : 3000 m
  • Free fly : 3000 m

Zones de sauts

Une zone de sauts fait l'objet d'une autorisation délivrée par la DGAC (la publication d'un NOTAM est obligatoire) d'un agrément école FFP

Sauts spéciaux (nuit, eau, ballon, ULM, haute altitude)

En dehors du cadre des activités organisées par des écoles agréées, les sauts spéciaux ne peuvent être effectués que par des parachutistes titulaires du brevet C.

Sauts de démonstration

Ne peuvent effectuer des sauts de démonstration - Dans le cadre sportif en dehors des manifestations aériennes : les brevets C ayant effectué le nombre de sauts requis par la réglementation fédérale. 0 Lors d'une manifestation aérienne : les parachutistes doivent totaliser 250 sauts dont 10 sauts dans les trois derniers mois.

Dans tous les cas, l'organisateur apprécie le niveau et l'aptitude des participants, en fonction de la difficulté de la zone de sauts et du programme prévu.

Equipements obligatoires

  • Casque pour les débutants

  • Déclencheur de sécurité obligatoire jusqu'au Brevet B, pour les qualifications Hand-Deploy et Pull Out, ainsi que pour le freefly et le tandem.

  • Hand-Deploy fond de sac obligatoire pour les positions autres qu'à plat face sol et pour les vidéomen.

  • Le Brevet B2 est obligatoire pour tous sauts de groupe (à partir de deux personnes).

Précautions au sol

En tant que parachutiste, vous êtes appelé à côtoyer de très près des avions, que ce soit l'avion utilisé par le parachutiste ou bien d'autres avions de l'aérodrome.

Donc, certaines précautions sont de mise :

  • Ne passez jamais dans le champ de l'hélice sous aucun prétexte.
  • Passez par l'arrière de l'avion pour procéder à l'embarquement.
  • Pendant l'embarquement, demeurez à l'arrière de l'aile.
  • Une fois à bord de l'avion, prenez votre place et ne touchez à rien.
  • Si, en revenant de votre saut, vous avez à traverser la piste d'atterrissage, assurez-vous, avant de le faire, qu'aucun avion ne s'apprête à décoller ou à atterrir.
  • De plus, si vous atterrissez sur la piste, dégagez-la le plus rapidement possible.

Les urgences à bord de l'avion

Il existe deux types d'urgences à bord de l'avion :

  • Les urgences mécaniques
  • Les urgences dues aux parachutistes.

 

A) S'il s'agit d'une urgence mécanique, quelqu'en soit la cause restez calme et attendre les directives du chef d'avion.

B) Si par contre l'urgence est due aux parachutistes, il est fort probable que l'équipement soit en cause. Par exemple, un extracteur a l'intérieur de l'avion, immobilisez-le et avertissez le chef d'avion immédiatement.

En conclusion, soyez prévenants et protégez vos poignées. En cas d'urgence, restez calme en tout temps et suivez les directives du chef d'avion.

Les règles par discipline :

Ascensionnel

L’ascensionnel consiste en un décollage sous parachute, tracté par un véhicule à moteur, une automobile, un bateau ou un treuil, la descente s’effectuant dès la fin de la traction. 
Cette discipline est accessible à partir de 12 ans. 
Elle constitue une bonne initiation pour les très jeunes.

Freefly

Dernière née du parachutisme sportif, cette pratique de loisir consiste à réaliser des figures autres qu’à plat. La plupart du temps, les figures sont effectuées tête en bas.
Cette pratique est de plus en plus prisée par les pratiquants à la recherche de nouvelles sensations et de nouveaux repères dans les trois dimensions.
Cette discipline, officiellement reconnue à la Fédération aéronautique Internationale depuis l’an 2000 est également une discipline de compétition.

Freestyle

Nouvelle discipline, véritable "danse du ciel", le freestyle est un enchaînement de figures artistiques issues de gymnastique et du trampoline.
Basée sur des figures imposées telles que le salto tendu ou sur des figures libres, la chorégraphie du saut laisse place à la créativité du parachutiste.
Les évolutions sont filmées par un cameraman en chute libre, les images servent de support pour le jugement qui prend en compte l’aspect esthétique et la qualité des images.

Cliquer pour agrandir la photo
Freestyle
 

Parapente

Cette activité a pris naissance au sein du Parachutisme Sportif en 1978.
Les voilures rectangulaires de type "aile" possèdent une finesse qui permet des décollages à partir de pentes moyennes ou fortes.
Cette particularité est exploitée par un grand nombre des parachutistes sportifs.

Piloter un avion largueur

Que ce soit en qualité de pilote professionnel ou bénévole, il est difficile de devenir pilote largueur.

Cela est dû aux machines utilisées, plus exigeantes, à plus forte capacité donc moins nombreuses, au faible nombre de centres parachutistes, et au développement du professionnalisme qui raréfie le nombre de bénévoles, ceux-ci restant indispensables en structure associative afin de seconder le pilote en titre ou dans les centres dont l’activité ne rentabilisera pas un contrat de travail de pilote.
Les meilleures techniques pour accéder à la fonction restent la pratique du parachutisme qui permet de se créer un réseau relationnel, un lobbying actif en se déplaçant dans les écoles de parachutisme. La chance et le relationnel jouent bien sûr un grand rôle.

Conditions minimales :
- Soit pilote privé
Avec 200 heures de vol en qualité de Commandant de bord
- Soit pilote professionnel
Certaines écoles de parachutisme sont contraintes par les assureurs de fixer des minima plus élevés, elles restent de toute manière souveraines dans le choix de leurs critères de recrutement

Formation :
- Facteurs humains
Les navigants qui n’ont pas subi lors de l’acquisition de leurs licences d’épreuve théorique portant sur les facteurs humains ou ne sont pas titulaires du certificat facteurs humains devront avant de suivre la formation DNC avoir suivi un stage homologué de rattrapage facteurs humains (durée une journée).

Se renseigner auprès de l’école de parachutisme ou de l’instructeur qui va vous former, la FFP peut vous faire suivre cet enseignement.

- Qualification machine
Les avions utilisés nécessitent en général une qualification de classe que l’école de parachutisme vous fera passer avant la formation au largage.

- Pilote privé
Les pilotes privés suivent une formation au largage de parachutistes sanctionnée par l’apposition par l’instructeur de la mention « apte au largage de parachutistes » sur leur carnet de vol.
Cette formation est en général confondue pour des raisons pratiques avec la formation DNC.

- Pilote professionnel et pilote privé
Les pilotes privés et professionnels doivent suivre une formation dispensée par l’exploitant, c’est-à-dire l’école de parachutisme. Cette formation spécifique est définie dans un dossier de formation déposé auprès de la DGAC et sanctionnée par la délivrance d’une « Déclaration de Niveau de Compétence » ou DNC. La FFP dispose ainsi d’un programme de formation DNC.

Précision d'aterrissage

Le saut étant effectué à partir de 1 000 mètres, il s’agit de venir toucher un plot de 3 cm de diamètre situé au centre d’une cible électronique placée sur un réceptacle en mousse. Le "Carreau", soit 0 cm, est la performance optimale. Les distances sont mesurées jusqu’à 16 centimètres.

Cette discipline comporte deux épreuves distinctes :
- la précision d’atterrissage individuelle,
- la précision par équipe où 4 concurrents sautent au même passage.   

Afin d’éviter les arrivées simultanées sur la cible, les équipiers conviennent d’ouvrir leur parachute à des hauteurs différentes et évoluent en cours de descente pour se présenter à l’atterrissage avec un décalage de 10 à 20 secondes. La performance de l’équipe est le total des distances de chaque équipier.

Skysurf

La pratique "surf des nuages" permet de retrouver les sensations de la glisse. 
Une très bonne maîtrise de la chute libre debout est préalablement nécessaire. 
Le rôle du partenaire vidéoman est prépondérant, les images servant elles aussi pour le la note finale du jugement. 
Les évolutions très rapides et les mouvements amples, rendus possibles grâce au surf, en font une discipline très spectaculaire.

Soufflerie

Dès les années 80, les premières ’expérimentations’ françaises en soufflerie sont réalisées à l’Institut de Mécanique des Fluides à Lille. Dès lors, la pratique en soufflerie n’a cessé d’évoluer jusqu’à sa reconnaissance en 2000 par la Fédération Française de Parachutisme comme agrès en tant qu’activité connexe puis, son intégration en 2005 comme discipline officielle dans la délégation ministérielle de la fédération.
Cette nouvelle discipline permet de découvrir les sensations de la chute libre sans contraintes météo en permettant au pratiquant de voler dans un flux d’air à 200 km/h généré par des turbines.

Voile contact

Le Voile Contact, une des dernières nées des disciplines du parachutisme sportif, consiste à réaliser, à partir d’un largage à 2 000 mètres, des figures voiles ouvertes. Dès la sortie d’avion, les parachutistes ouvrent leurs voiles pour construire une formation. Ils effectuent des appontages sur les voiles de leurs coéquipiers par des prises faites aussi bien avec les pieds qu’avec les mains.

Le Voile Contact comporte des épreuves de :
- séquence à 4 : enchaînement imposé de 4 ou 5 figures tirées au sort. Au cours de ces évolutions, les parachutistes pourront être amenés à voler en individuel, en binôme ou trinôme. Le cycle devra être exécuté un maximum de fois, en un temps de travail limité de 2 minutes 30.
- rotations à 4 : saut à 2 000 mètres. Réalisation d’un empilage à 4, puis l’équipier du dessus se détache pour rejoindre la base de la formation. Le maximum des rotations doit être réalisé en un temps de travail de 1 minute 30. Chaque figure à 4 marque un point. Les Français détiennent le record du Monde réalisé en Juin 1996 en Indonésie, avec 22 points.
- 8 formations : consiste à réaliser le plus vite possible, une figure à 8 équipiers. Cette figure est tirée au sort en début de compétition. Le chronomètre se déclenche au premier qui sort de l’avion et s’arrête quand le dernier est accroché.

Une formule particulière de record consiste à réaliser la plus grande formation, avec un maximum de parachutistes accrochés ensemble.

Vol relatif

Cette discipline consiste à réaliser en chute libre à 4 ou 8 parachutistes, une suite de figures imposées tirées au sort avant chaque compétition. L’équipe doit effectuer toutes les figures dans l’ordre prescrit en recommençant la séquence le maximum de fois, jusqu’au temps limite de 35 secondes en équipe à 4, ou 50 secondes en équipe à 8.

Les hauteurs de sauts sont respectivement de 3 000 mètres et 3 800 mètres. Au delà du temps limite, les équipiers se séparent pour ouvrir leur parachute en sécurité. Cette formule de compétition exige une bonne technique individuelle en chute libre adaptée à celle des partenaires.

Vol relatif vertical

Le Vol Relatif Vertical est un mixe du VR traditionnel et du free fly (toute position sauf à plat).
Cette discipline consiste à réaliser le plus grand nombre de points en un temps imposé en chute libre. L’équipe de 5 compétiteurs (4 performeurs et un vidéoman) évolue dans des vitesses avoisinant les 300 km/h. Les points ne sont validés que s’ils sont visibles sur la vidéo.

Voltige

Effectuée à partir d’une hauteur de 2 200 mètres, la voltige est une épreuve de chute libre exécutée à environ 240 km/h.
Le compétiteur doit exécuter une série de 6 figures imposées, en un minimum de temps, contrôlées dans les 3 dimensions.
Toute déviance de l’assiette du corps par rapport aux axes de référence est pénalisée en secondes ou fractions de seconde.

Le record du monde est détenu par le Français Franck BERNACHOT, avec 5 secondes et 40/100ème chez les hommes

 

 

Parachutisme par xplimited06

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×