Créer un site internet
Articles de majdam

Majda MAALAL

Localisation :
Profession :
Enseignante
Centres d'intérêts :
sport, recherche, psychologie, pédagogie

Articles de majdam

Pourquoi le sport nous remonte le moral

 

 

Aerobic

LES BIENFAITS DU SPORT SUR LE PLAN MENTAL 

Améliore les capacités intellectuelles

En plus de la sécrétion d'hormones comme les endorphines qui procurent une sensation de bien être et de plaisir, le sport à d'autres avantages, notamment au niveau intellectuel. La pratique d'une activité physique d'endurance améliore la circulation de l'oxygène dans l'organisme, elle contribue à une meilleure oxygénation du cerveau favorisant les performances de l'activité cérébrale. C'est pour cette raison qu'il est conseillé de s'aérer l'esprit dans la journée. Beaucoup ont parfois peur de perdre leur temps en prenant une pause. Que l'on soit au travail, à l'école, en révision d'examens, faire de l'exercice physique permet d’être plus efficient ensuite. "Un esprit sain dans un corps sain", cultiver sa force morale et sa force physique pour un épanouissement total.

DIMINUE LE STRESS ET L'ANXIÉTÉ

Les endorphines et la dopamine sont les meilleurs "médicaments" pour lutter contre le stress, ce sont de véritables anxiolytiques. Incroyable non ?! Mais comment le sport agit sur le stress ? Comment ces petites hormones, surnommées les hormones du bonheur, agissent sur le cerveau ? Et bien figurez vous que l'activité physique sécrète des hormones qui ont les mêmes effets que certaines drogues. Les endorphines sont antalgiques, elles réduisent la sensation de douleur, diminuent les émotions négatives et contribuent à la diminution du stress ! Ce sont toutes ces endorphines qui peuvent amener l'organisme dans un état d'euphorie, vous pouvez avoir une sensation de flottement, de plénitude...Vous pourriez en devenir addict !

le sport bon pour le moral

AUGMENTE L'ESTIME DE SOI ET LA DÉTERMINATION

Le sport est une école de la vie. On se fixe des objectifs et on met tout en œuvre pour les atteindre, parfois il y a des obstacles (une blessure, des journées trop chargées pour pratiquer sa séance etc.), parfois des progrès. Le sport développe la persévérance et le dépassement soi. Avouez que vous vous sentez fier·ère quand l'objectif est atteint et vous avez bien raison ! L'estime de soi remonte et vous vous assumez pleinement. Toujours plus haut, toujours plus loin, toujours plus fort !! (oui, je m'emporte un peu)

Conseildecathlon

Sport et vie professionnelle et personnelle

 

 

Sport et vie professionnelle ou personnelle : trouver le bon équilibre

Trouver un équilibre entre le sport et les autres aspects de sa vie

Pour 9 Français sur 10, le sport fait du bien au moral et assure le bien-être*. Ce n’est pas une surprise, le sport a de nombreux bienfaits pour notre santé physique et mentale : rempart contre la fatigue, les maladies, le stress, certaines douleurs… il y a une multitude de raisons de pratiquer une activité sportive régulière. Mais comme chaque jour ne dure que 24 heures, trouver un équilibre entre le temps que l’on consacre au sport et celui que l’on réserve à tous les autres aspects de notre quotidien, n’est pas toujours facile. Nous vous proposons quelques conseils simples qui peuvent vous aider à trouver le bon équilibre entre sport et vie professionnelle ou personnelle.

N°1 : Se poser les bonnes questions

Dans un premiers temps, il est important de connaître quelles parties de votre vie sont prioritaires par rapport aux autres. Pour cela, nous vous conseillons de vous poser plusieurs questions, afin de définir précisément la place que vous souhaitez accorder au sport dans votre vie de tous les jours. Vous pouvez donc vous demander si votre vie professionnelle doit passer avant l’entraînement sportif. Et qu’en est-il de votre vie de famille, de votre vie sociale ? L’idée est donc de hiérarchiser chaque facette de votre quotidien, pour trouver un équilibre qui vous convienne, grâce auquel vous pourrez vous épanouir.

N°2 : Aménager son emploi du temps

Une fois que vous avez compris la place que vous souhaitez donner à chaque partie de votre quotidien, vous pouvez essayer d’aménager vos horaires en fonction de vos priorités. Organiser vos journées, vos semaines (peut-être même vos mois) vous permettra de définir en amont le temps que vous voulez accorder au sport. Par exemple, si vous vous fixer un objectif de 3 entraînements sportifs par semaine, le mieux est de ne pas attendre un moment de libre pour « caler » ces séances, mais de les prévoir précisément dans votre emploi du temps en faisant en sorte de libérer les créneaux nécessaires.

Plus facile à dire qu’à faire ? Pour vous y tenir, n’hésitez pas à noter dans un agenda les créneaux destinés à chaque aspect de votre quotidien. Une autre astuce qui peut vous aider à suivre le rythme que vous avez planifié : faire du sport à plusieurs dès que vous le pouvez ! C’est plus motivant et surtout, nous avons tendance à mieux respecter un engagement lorsqu’il implique une autre personne.

N°3 : Ne pas culpabiliser

Après avoir organisé votre planning, le but est bien sûr de le respecter. Mais ne soyez pas trop exigent.e.s envers vous-mêmes. Si une fois vous devez reporter une sortie running ou un autre entraînement sportif, faites-le sans culpabiliser : vous profiterez encore plus de la suivante !

A l’inverse, si vous avez vraiment besoin de vous défouler à un moment qui n’était pas prévu initialement pour le sport (par exemple après une journée particulièrement stressante), essayez de décaler ce que vous aviez planifié, si vous en avez la possibilité, pour ne pas être frustré.e. Avoir un emploi du temps organisé ne doit pas devenir un carcan dans votre quotidien ! Et si vous avez un doute, vous pouvez revenir à votre liste de priorités : elle vous aidera à faire les bons choix.

N°4 : Revenir régulièrement à la première étape !

Enfin, n’hésitez pas à prendre régulièrement du recul, à vous demander si l’équilibre que vous avez trouvé vous convient toujours. Vos priorités seront certainement amenées à évoluer dans le temps et c’est tout à fait normal !

Sources

Ifop, sondage « Les Français et les port en 2020 : envies et pratiques depuis le confinement »

Wakae.ft

Attention :Le diabétique ne doit pas dormir après avoir pratiqué un sport

 

Le diabète est défini par une glycémie (ou taux de sucres dans le sang) à jeun, supérieure ou égale à 1,26 g/l vérifiée deux fois, ou par une glycémie supérieure ou égale à 2 g/l à n’importe quel moment de la journée.

Dans le cas d’un diabète de type I, le pancréas ne produit presque plus d’insuline. Le patient doit donc, pour garder un équilibre glycémique, s’injecter de l’insuline plusieurs fois par jour en fonction de son activité physique et de ce qu’il mange.

Le diabète de type II, est quant à lui le plus souvent le résultat d’une surcharge pondérale et d’une inactivité physique. Il résulte d’une utilisation non adéquate de l’insuline par l’organisme.

Les bénéfices de l’activité sportive sur les personnes atteintes de diabète

C’est prouvé : l’activité physique améliore l’évolution d’un diabète, surtout lorsqu’elle est combinée avec une bonne alimentation.

Une activité physique pratiquée régulièrement contribue à faire baisser le taux d’hémoglobine glyquée (indice de surveillance du diabète). Si cette dernière est basse, le diabète est contrôlé, c’est à dire que le taux moyen de sucre dans le sang est proche d’un taux normal. Cet indicateur est essentiel pour prédire une évolution et surtout connaître la réalité de l’impact d’un diabète sur l’organisme, évitant ainsi la survenue de complications qui peuvent être très graves.

La pratique sportive diminue également la masse graisseuse, responsable de l’insulino-résistance, et augmente la masse maigre.
Elle permet d’augmenter la sensibilité de l’organisme à l’insuline et diminue la pression artérielle, le cholestérol et les risques de développer une maladie cardiovasculaire.
L’activité physique agit aussi sur la graisse abdominal (diminution du tour de taille) en limitant ainsi la survenu d’un syndrome métabolique.

Recommandations d’activités physique en cas de diabète

Selon les recommandations de l’OMS, de l’Alfediam et de la Haute Autorité de santé en France, il est conseillé d’effectuer au moins 30 minutes par jours d’activité physique de type endurance comme la marche et/ou d’effectuer au moins 150 minutes par semaine d’une activité physique avec une certaine pénibilité.

Il est également conseillé des exercices d’efforts en résistance telle que la musculation, trois fois par semaine pour tous les groupes musculaires.
Les sports d’endurance tels que la marche, la randonnée, la course à pied, le vélo ou la natation sont les plus conseillés car ils permettent un entraînement progressif.

Le sport aura pour résultat de faire baisser immédiatement le taux de glycémie, car quand nous bougeons, nos muscles consomment du glucose. Plusieurs études l’ont démontré : une session de sport permet de faire baisser la glycémie chez les diabétiques (attention toutefois au hypoglycémie post effort).

Conseils avant la pratique sportive

Diabète et pratique sportive
Quelques précautions vous permettront de profiter un maximum des bienfaits de l’activité physique en toute sécurité. Buvez de l’eau avant et pendant votre activité afin de bien vous hydrater, étirez vos muscles après l’effort mais surtout 

si vous mesurez votre taux de glycémie au quotidien, faites une mesure glycémique avant, pendant et après l’effort.

Il est recommandé d’avoir toujours sur soi de quoi refournir du sucre à l’organisme en cas de signes d’hypoglycémie, par exemple une canette de soda non light ou quelques morceaux de sucres.

Guide pour la supplémentation en glucides pendant l’activité physique

Type d’activité physique Glycémie en (mmol/L) Supplémentation
Activité physique de courte durée (moins de 30 minutes) a faible intensité < ou = 5.5 10 à 15g
/ > 5.5 Non nécessaire
Activité physique de durée moyenne à intensité moyenne < ou = 5.5 30 à 45 g
/ 5.5 à 9.9 15g par 30 à 45 min d’exercices
/ 10.00 à 13.9 Non nécessaire
Activité physique longue (plus de 60 minutes) à intensité élevée < ou = à 5.5 45g
/ 5.5 à 9.9 30 à 45g
/ > 9.9 15g par heure

Si la plupart des activités sportives entraînent une baisse de glycémie, certains sports peuvent parfois l’augmenter. C’est le cas des sports avec à-coups, tels que les sports de raquette ainsi que les sports qui peuvent générer du stress (sports à sensation). C’est aussi vrai pour les sports pratiqués en compétition, qui peuvent générer de la sécrétion d’adrénaline, hormone connue pour son effet hyperglycémiant.

 

IRBMS.com

 

  

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site